La JOCI s'est adressée à la 111e session de la Conférence internationale du travail, qui s'est tenue du 5 au 16 juin 2023, appelant à une justice soci...
Les jeunes travailleurs des Philippines prennent soin de notre habitat commun

Bienvenue sur le site de la Jeunesse Ouvrière Chrétienne Internationale, un mouvement organisé et dirigé par et pour les jeunes travailleurs et jeunes travailleuses dans plus de 40 pays différents dans le monde.

JOC Europe : Séminaire européen à Linz, en Autriche

En septembre dernier, les mouvements européens de la JOCI ont organisé leur séminaire européen...


Pérou : une action de la JOC de Lima pour recommunaliser la vie de quartier

Une communauté sans dirigeants, un manque d'intérêt de la part des habitants pour prendre soin...


Le défi de la formation pour renforcer les capacités des jeunes à la JOC du Congo

« Nous sommes contents de tout ce que vous nous avez dit, cela nous a ouvert les yeux, c’est-à- ...


La JOCI clôture son 15e Conseil international et son plan d'action

La JOC est sur le point de fêter ses 100 ans d'existence, mais avant cette date glorieuse, elle...


JOC du Pérou : Jeunes protagonistes de la transformation sociale

La Jeunesse Ouvrière Chrétienne du Pérou, une organisation de jeunes travailleurs présente dans...


Les opportunités et défis futurs de l'économie sociale et solidaire

Le jeudi 23 février, plus de 140 participants ont rejoint le webinaire sur les « Opportunités e...


Les jeunes de Flandre font entendre leur voix !

La KAJ lance une action symbolique devant le Palais de Justice

La KAJ (JOC flamande) a lancé une action symbolique devant le Palais de Justice de Bruxelles le 22 novembre dernier. Une centaine de jocistes étaient présents pour parler de la situation des jeunes qui vivent entre deux parents divorcés.

Les statistiques montrent que la Belgique s’est hissée dans le trio de tête des pays de l’Union européenne qui enregistrent le taux le plus élevé de divorces, et en région flamande, 1 mariage sur 3 se termine par un divorce. Rien que pour l’année 2013, 35 000 enfants et jeunes ont été confrontés à la séparation de leurs parents. Il faut par ailleurs noter que l’on ignore le nombre d’enfants dont les parents non mariés ont mis fin à leur contrat de vie commune.

Au cours du débat public, la KAJ a identifié les conséquences d’un divorce sur les jeunes. Son approche ne repose pas sur des statistiques mais sur le vécu des jeunes travailleurs, leurs expériences pratiques, l’analyse du mouvement et une série de propositions d’amélioration.

Cette action a eu un impact positif, attirant l’attention de la presse écrite et parlée qui a couvert l’événement. De plus, la campagne du mouvement bénéficie du soutien de l’Institut supérieur des sciences de la famille (Hoger Instituut voor Gezinswetenschappen – Odisee) et du Commissariat belge aux droits de l’enfant. Il s’agit, aux yeux du public et des responsables politiques, d’institutions respectées.

Les jeunes ont crié qu’ils sont forts lorsqu’ils sont ensemble, et plus forts encore lorsqu’ils sont réunis au sein de la KAJ. Leurs revendications ont retenti clairement :

-          Les enfants ne doivent pas être chargés de faire passer des messages entre les deux parents.

-          Les parents doivent communiquer entre eux à propos des questions financières et des besoins de tous les jours.

-          Les parents ne doivent pas impliquer les enfants dans les conflits qui les opposent.

-          Le système de garde partagée n’est pas adapté aux besoins des enfants ; changer de maison chaque semaine est très perturbant.

-          Il devrait y avoir une institution chargée d’appuyer les parents qui rencontrent des difficultés financières et de prévenir la pauvreté, en particulier dans le cas des familles monoparentales.

-          Les enfants ne devraient pas vivre dans la honte et la solitude. Ils devraient avoir l’occasion de parler des conséquences de leur situation et de leurs attentes.

La visibilité d’un certain nombre de parents et la présence de décideurs politiques à proximité laissent espérer que la KAJ est parvenue à sensibiliser à cette question et à créer un impact qui conduira à des changements de politique qui seront bénéfiques pour les jeunes et pour la société en général.

Par ailleurs, la KAJ a reçu une invitation de 3 ministères différents : la Justice, la Jeunesse et la Famille. Un parlementaire veut aussi inviter la KAJ à la Commission Justice de la Chambre pour expliquer son analyse et ses revendications. Cette commission a le pouvoir d’élaborer de nouvelles politiques.

Page Facebook de la JOCI

Soutenez la JOC Internationale

 

Vous pouvez soutenir nos actions et exprimer votre solidarité avec la jeunesse travailleuse du monde.

Equipe Internationale JOCI

Compte:

JOC Internationale aisbl

Banque: Belfius

Compte Iban: BE50 0682 2908 4018

SWIFT code: GKCCBEBB