Séminaire JOC Europe : Un travail juste plutôt que précaire !

Les jeunes en Europe travaillent dans des conditions de plus en plus précaires

 Les responsables de la JOC d’Allemagne, de Belgique (Wallonie et Flandre) et d’Ukraine se sont rassemblés à Königswinter, en Allemagne, à l’invitation de la coordination européenne de la JOC (JOCE) du 27 novembre au 1er décembre 2013 pour discuter de la précarité de l’emploi en Europe.

Ce séminaire européen, animé par la JOCE sous le thème de « Talkin’ ‘bout my generation » (À propos de ma génération), s’est penché sur les conséquences de la précarité de l’emploi pour les jeunes en Europe. La caractéristique de ce séminaire était que tous les participants avaient ou avaient eu un emploi précaire.

Les expériences des jeunes reflétaient beaucoup de formes différentes de travail précaire. Cela a donné lieu à des débats très personnels et passionnés sur la vie des jeunes qui partageaient leurs expériences de contrats à durée déterminée, de travail temporaire, de travail à contrat et de travail à temps partiel.

Beaucoup ont souligné que parfois, ils ne savent pas comment payer leur loyer en début de mois et certains qui ont 25 ans doivent encore vivre chez leurs parents parce qu’ils ont un emploi mal rémunéré.

Hommage à Nelson Mandela, invité d’honneur au Conseil international de la JOCI en Afrique du Sud, 1995

« Quelle que soit la situation d’inégalité, si les gens sont engagés et bien organisés, alors même le plus brutal oppresseur ne pourra les arrêter indéfiniment »

mandela1Le dimanche 26 novembre 1995 était un grand jour pour la JOC d’Afrique du Sud et les 130 délégués du Conseil international de la JOCI. La JOC d’Afrique du Sud avait décidé d’organiser la cérémonie d’ouverture dans la petite cité noire d’Oukasie-Brits.

Le régime d’apartheid avait voulu rayer de la carte Oukasie, un bidonville noir, et envoyer sa population noire à 30 km de là parce que la cité était une tache noire aux portes de la petite ville blanche de Brits. La cité noire était alors devenue un foyer d’opposition au régime. La JOC locale avait formé des comités de défense et un syndicat, et grâce à la campagne internationale dans laquelle la JOC internationale avait été très active, le gouvernement avait dû abandonner son projet.

Conscient du rôle joué par la JOC dans la lutte contre le régime d’apartheid, le Président Nelson Mandela avait accepté de participer à la cérémonie d’ouverture. Presque tous les habitants d’Oukasie s’étaient réunis sur le terrain de football pour accueillir les délégués de la JOCI et le Président Mandela. Ce dernier, avant de s’adresser à la foule, avait tenu à serrer la main de tous les participants qui s’avançaient en une longue file, le cœur battant, conscients de vivre un moment exceptionnel. Voici quelques extraits du discours de Mandela.

Visite à la JOC de Namibie : Une lutte pour de meilleures conditions de vie

jamesLe coordinateur de la PANAF décrit les problèmes touchant les jeunes femmes

 C’est en tant que représentant de la Commission africaine et de la coordination panafricaine de la JOCI que James Denteh a visité la JOC de Namibie du 15 au 25 octobre. Le principal objectif de la visite était d’une part d’apporter un soutien au mouvement national dans sa révision de l’action, de la coordination et des finances, et d’autre part de renforcer le lien entre ses actions locales/nationales et la campagne continentale et internationale en faveur d’ « un travail juste et une vie digne pour tous les jeunes travailleurs ».

L’un des principaux problèmes auxquels sont confrontées les jeunes femmes de Namibie est le décrochage scolaire dû à une grossesse précoce et à un accouchement.

Il s’agit de jeunes femmes de 15 à 28 ans, vivant dans des zones reculées, dans des conditions précaires et dans la pauvreté. Comme la plupart des parents ne peuvent pas payer l’éducation de leurs enfants, la seule option est d’abandonner l’école et de vivre en suivant leur propre voie.